www.sainte-therence.fr
Château de l'Ours dans l'Allier

Château de l'Ours

La ruine du Château de l'Ours s'élève dans la vallée du Cher, à 9 km au sud de Montluçon. Elle se situe dans un site sauvage aux confins des communes de Sainte-Thérence et de Saint-Genest, à l'extrémité d'une arrête rocheuse étroite, au confluent du Cher et de son affluent, le ruisseau de l'Ours.

Vous y rendre

Parking et accès gratuit au Château de l'Ours

Quittez la D50 entre les communes de Sainte-Thérence et de Saint-Genest (itinéraire signalé) et traversez les hameaux de La Terrade et de La Grave. Vous arrivez alors à une aire de stationnement gratuite où vous laisserez votre véhicule pour continuer à pied.

L'accès se fait ensuite à pied, par un petit chemin accessible en baskets. Des chaussures de marche sont néanmoins recommandées.

Accès interdit à tout véhicule à moteur, 2 roues et impossible avec une poussette.

Histoire

Le nom du château de l’Ours

Malgré les efforts des historiens, le passé du château de l’Ours est mal connu.
L’Ours pourrait être le nom de la première famille noble qui occupa le château mais on ne sait rien d’elle. Montusés fait remonter le mot à Orcus, autre nom de Pluton, roi des enfers et dieu des morts et le mot désignerait par extension un lieu sauvage. Selon le Docteur Piquand, un ours pyrénéen aurait pu être amené par un membre de la colonie maure rescapée de la bataille de Poitiers (732) et installée dans la vallée du ruisseau de l’Ours, non loin du château, où elle teignait la laine.
La légende ne s’est pas privée d’inventer d’autres explications, toutes fantaisistes : le nom proviendrait de l’ours diabolique dompté par Sainte Thérence ou de la peau d’ours dont était vêtue la pitoyable Odile de Montluçon emprisonnée dans le donjon.

L’explication la plus simple et la plus vraisemblable sans doute, est d’ordre étymologique : l’Ours ou Lource. Lource dériverait de la racine préceltique OURSOURCE qui désignait l’eau tumultueuse : le château aurait tout simplement pris le nom du ruisseau de l’Ours qu’il surplombe.

L’origine historique

L’occupation première du site pourrait remonter à la naissance de la féodalité, aux IXe-Xe siècles, époque à laquelle certains individus ont subjugué les populations locales par leur puissance relative et cherché à asseoir leur sécurité en des lieux naturellement protégés. Le donjon datant du début du XIIIe siècle, il est toutefois plus vraisemblable de penser que c’est à cette époque, que le site fut fortifié dans le cadre d’une politique défensive du Bourbonnais menée par Philippe Auguste et son fidèle vassal Guy de Dampierre contre la menace anglaise venue d’Aquitaine (les anglais ont occupé Montluçon de 1170 à 1188). En récompense de ses loyaux services, Guy de Dampierre reçut alors la châtellenie de Montluçon et étendit ses terres vers l’ouest ; il lui fallait des défenses solides dans la région de Marcillat, zone limite avec l’Aquitaine. Il fit donc construire vers 1210 sans doute, le château de l’Ours et celui de Ronnet, places fortes d’un ensemble fortifié s’étendant de Montaigut-en-Combraille à Nouhant. Toutefois, la situation du château de l’Ours au fond d’une vallée étroite et difficile à franchir à cet endroit n’étant guère stratégique, on peut imaginer que la forteresse fut construite par le sire de Bourbon à la demande des moines de Menat pour leur protection ; ils étaient en effet établis en aval, à Saint-Genest-Vieux-Bourg, à Polier et à Lavault-Sainte-Anne. Le fond de la vallée conduisait tout droit à leurs prieurés.

Le site

Protégé naturellement par d’impressionnants à-pics du côté des vallées du Cher et du Ruisseau de l’Ours, ce site de confluence ne l’était pas au sud, du côté de l’unique accès possible par l’arrête rocheuse sur laquelle le château fût construit. Un ensellement profond, creusé de main d’homme dans le rocher, permit de renforcer ce point faible, en même temps qu’il procurait la pierre nécessaire à l’édification de la forteresse : le château de l’Ours fut construit sur un éperon barré.

Les gravures du XIXè siècle et les photographies prises au début du XXè montrent les abords du château complètement dénudés. Les troupeaux de bovins, de chèvres et de moutons qui paissaient sur les communaux des côtes empêchaient alors la repousse de la végétation. Sauvage et pittoresque le site fut classé en 1941, surtout à cause de l’originalité de sa végétation : le buis, qui aime le sol calcaire et prolifère sur le sol granitique.

Les propriétaires du Château de l’Ours

Le château de l’Ours appartint dès le XIIIe siècle à la famille noble de la Voreille (Mazirat), puis passa par mariage en 1350 à la famille du Betz, propriétaire d’une seigneurie dont le siège primitif se tenait en face, sur Saint-Genest, entre Pégut et Rillat. Il passa à la couronne avec le rattachement du Bourbonnais à la France (1531). Le château a pu être occupé jusqu’au XVIIe siècle au plus tard. Il fut sans doute rarement, sinon jamais, résidence seigneuriale. Bastion défensif de la châtellenie de Montluçon, il abrita le plus souvent une garnison, une cinquantaine d’hommes d’armes au plus.

Le château de l’Ours est aujourd’hui propriété de la commune de Sainte-Thérence qui se soucie de la sauvegarde de ce bel exemple d’architecture militaire inscrit aux « Monuments Historiques» (1995). Ainsi, une dalle en béton fut coulée en 1993 par des alphiniques en bâtiment livrés par hélicoptère, puis la commune fit réaménager en 1996 le chemin d'accès à cet imposant vestige historique.

l(source : "La Brochure" sur le site www.saintetherencebourg.fr)

Légendes du Château de l'Ours

Survoler le Château de l’Ours

D'autres explications sur le Château de l'Ours

MONBOURBONNAIS.COM

LES AMIS DE MONTLUÇON

TEXTE DU DOCTEUR PIQUAND

Ce site utilise des cookies afin de mesurer la fréquentation du site, de vous proposer des contenus animés et interactifs et de partager du contenu sur les réseaux sociaux.
Personnaliser